Coût de la rentrée 2014 pour les étudiants parisiens

Téléchargez le dossier complet : Coût de la rentrée AGEP 2014

Consultez également le dossier « coût de la rentrée » de la FAGE sur le site de la FAGE

Pour un étudiant parisien, la vie coûte cher, et chaque année voit le coût de la rentrée augmenter, de même que les dépenses de vie quotidienne. Pour les étudiants décohabitants, qui sont nombreux à Paris, il est encore plus difficile de faire face à ces dépenses, en particulier dans une région bien connue pour son coût de la vie élevé.

Ces considérations financières se répercutent sur la réussite des étudiants, car il est nécessaire pour nombre d’entre eux d’avoir un emploi à côté de leurs études, les empêchant ainsi de pouvoir se consacrer pleinement à ces dernières.

Pour objectiver ces constats, l’AGEP (Association Générale des Etudiants de Paris) a calculé le coût de la rentrée pour un étudiant parisien en 2014. Vous pourrez observer dans ce dossier que l’augmentation est cette année présente dans la grande majorité des dépenses, qu’il s’agisse des frais spécifiques à la rentrée ou du budget mensuel nécessaire pour le reste de l’année.

Face à la précarité des étudiants, l’AGEP et son réseau d’associations étudiantes mettent en place des projets pour les aider.

Budget mensuel moyen d’un étudiant parisien

Un étudiant vivant à Paris dépense en moyenne 1333,11€ par mois en frais courants.Pour un étudiant du reste de la région parisienne, la dépense mensuelle moyenne est de 1283,33€. En 2013, le montant mensuel de ces dépenses était de 1278,43€.

Ces frais se décomposent comme suit :

Les loyers et charges sont en légère baisse cette année mais restent extrêmement élevés : en moyenne 683,38€ dans Paris, et 633,60€ en dehors de Paris (contre 638,07 en 2013).

– Repas au RU : il faut compter 64€ pour 20 repas en restaurant universitaire du CROUS, contre 63€ en 2013.

Le prix de l’abonnement téléphonique et Internet ne varie pas depuis l’an dernier : 55€.

– Transports : en comptant un abonnement Carte Imagine’R avec deux zones, et deux retours par mois dans la famille, les frais de transports s’élèvent à 114,09€ mensuels, contre 107,53€ en 2013.

– Loisirs : les dépenses de loisirs sont de 98,80€ par mois en 2014 contre 92,80€ en 2013.

Les autres frais du quotidien (alimentation, vêtements, produits d’hygiène et d’entretien, ordinateur portable) sont en légère baisse : 317,84€ contre 322,03€ en 2013.

Frais spécifiques à la rentrée

Pour tous les étudiants d’Île-de-France, les seuls postes de dépenses de la rentrée n’ayant pas connu d’augmentation depuis 2013 sont la médecine préventive (5,10€) et l’assurance logement (67,5€).

Dans tous les autres domaines, on observe une hausse du coût :

– Le montant moyen des droits d’inscription sen 2014 est de 184€, contre 183€ en 2013.

– Le coût de la sécurité sociale passe cette année à 213€ (211€ en 2013).

– Le tarif d’une complémentaire santé globale (« tous soins ») s’élève à 276€ (contre 274,50€ en 2013).

– Les étudiants doivent dépenser en moyenne 221,97€ en matériel pédagogique, contre 214,58€ en 2013.

Concernant la recherche de logement, les frais d’agence s’élèvent en moyenne à 615,04€ pour Paris même, et 570,24€ pour le reste la région, alors qu’ils se chiffraient à 558,07€ en 2013 pour l’Île-de-France.

En additionnant tous ces postes de dépenses, on trouve un coût de la rentrée total de 2915,72€ pour un étudiant parisien et de 2821,14€ pour un étudiant en région parisienne. Ces frais s’élevaient à 2792,18€ en 2013.

Aujourd’hui, un étudiant qui n’est pas aidé financièrement par ses parents ne peut pas assumer cette forte dépense seul, ni les frais mensuels élevés nécessaires pour vivre le reste de l’année.

Un emploi étudiant à temps partiel ne peut pas toujours permettre de subvenir à ces besoins, et se traduit le plus souvent par une perte de chances de réussite dans les études.

Les actions de l’AGEP

Le calcul du budget mensuel nous montre qu’un étudiant qui n’est pas aidé financièrement ne peut pas étudier dans de bonnes conditions. Les étudiants non-boursiers, ceux issus de la classe moyenne n’ayant accès à aucune aide, les étudiants parents, etc., se voient pour beaucoup obligés d’exercer une activité salariée pour subvenir à leurs besoins et continuer leurs études, ce qui met à mal l’égalité des chances et peut dégrader la qualité de vie de ces étudiants.

Tout au long de l’année, l’AGEP et son réseau d’associations sont présentes quotidiennement auprès des étudiants parisiens, en se donnant une quadruple mission : les accompagner dans leurs études, les représenter dans les conseils des universités et du CROUS, animer les campus et la vie étudiante, et porter des projets de prévention, citoyenneté et solidarité (tels que les Journées du Bien Être Etudiant, avec les actions “Bouge ton Blues” et “Bien dans ton assiette”…).

Afin de proposer un projet qui puisse assurer aux étudiants l’accès à un ensemble de services nécessaires à une bonne qualité de vie, l’AGEP porte le projet “Agoraé” (agora étudiante).

L’Agoraé est une structure qui propose une aide alimentaire via son épicerie solidaire, et un accès aux droits grâce à des permanences de professionnels bénévoles. Les bénéficiaires de l’aide alimentaire sont accompagnés par des assistantes sociales du CROUS de Paris pour leur permettre de sortir d’une situation de précarité.

L’Agoraé comporte également un lieu de vie accessible à tous les étudiants, où seront promues des activités culturelles, créatrices de lien social, et permettant l’accès au milieu associatif et à l’accompagnement de projet.

De cette façon, l’AGEP fait en sorte d’accompagner les étudiants les plus démunis, sans stigmatisation grâce à ce lieu de partage et d’écoute ouvert à tous.

Les actions de l’AGEP et des associations étudiantes, bien que reconnues pour leur efficacité, ne remplaceront toutefois pas une véritable prise en charge des pouvoir publics pour endiguer le problème de la précarité étudiante ; c’est pourquoi l’AGEP souhaite attirer l’attention sur ce phénomène grandissant et appeler à une réponse appropriée sur ce sujet.

Contacts presse

– Nicolas Rouveau – Président de l’AGEP – nicolas.rouveau@ageparis.org

– Chloé Daigmorte – Vice Présidente en charge du Réseau de l’AGEP – chloe.daigmorte@ageparis.org